Fatoumata Konda, militante d’association sur les mariages forcés

Ça c’est l’affiche. Ça ne suffit pas d’afficher dans les établissements scolaires. Il faut évidemment qu’en parallèle il y ait de véritables actions.

L’important pour une jeune fille issue d’un milieu traditionnel, c’est de choisir sa vie.

Une jeune fille doit pouvoir dire à ses parents, "j’ai telle ambition, j’ai envie de faire tel métier, je n’ai pas envie de me marier avec la personne que vous me proposez, j’ai décidé de prendre ma vie en main, je fais les études que j’ai choisi, je mène la vie que j’ai choisi", et je pense que c’est ce que toutes les filles devraient pouvoir faire maintenant.

Imposer son choix de vie, et participer pleinement à la vie de la société, je pense.

Le mariage forcé est une atteinte aux droits de la personne, choisir sa vie, c’est essentiel.